Les merveilles de l’imaginaire : L’ADN de MFM-Play

Ces derniers mois, on vous a beaucoup parlé du pourquoi de MFM-Play, aujourd’hui il est temps de vous parler du comment ! Comment une bande dessinée interactive permet aux jeunes patients de travailler leur échelle MFM. Comment la gamification transforme une séance médicale en voyage intergalactique !

C’est grâce à l’histoire. L’histoire dans le sens des mots, mais aussi cette histoire des images, celle qui éveille notre capacité à imaginer.

L’image a un pouvoir universel, elle suscite une émotion, une réaction… Et c’est précisément ce que l’on recherche : Face aux images, le patient s’imagine plusieurs choses à la fois, fait des suppositions et nourrit son imaginaire en essayant de se mettre dans la peau du héros de l’histoire et donc.. Être plus motivé, plus engagé dans la réalisation de son test MFM. C’est le concept de « L’imagination créatrice » de Piaget.

Le tableau de travail MFM-Play

Le serious game de l’illustration

Faire la part belle aux illustrations d’accord, mais pour cela, il faut commencer par poser les bases.

C’est la DA ou la direction artistique. C’est un élément clef dans toutes les réalisations que l’on parle de serious game, d’application, ou encore de bande dessinée. Il n’y a pas une production visuelle sans DA.

Et c’est là que tout le talent de la team artistique est entré en jeu ;  Jérôme, Amir, Charlie Toqué et Capucine Latrasse, ont vraiment fait du très très beau travail.

Pour MFM-Play, l’objectif était d’amener les patients dans un univers passionnant, captivant pour la réalisation des tests de la MFM. Avec des utilisateurs de 3 à 25 ans, le style artistique évolue inévitablement ! On ne s’adresse pas de la même façon à un enfant de 3 ans et à un adolescent.

Pour correspondre aux attentes utilisateurs et éviter de faire trop «livre d’enfant », on a créé des versions spécifiques (et donc des illustrations, DA spécifiques)

Si l’intention reste la même, suivant l’âge du patient, il ne va pas interpréter les illustrations de la même manière : une différence de cadrage, de tonalité ou encore de détails va forcément influer sur sa compréhension du message.

Le travail est gigantesque ! 18 histoires, 4 visuels et 4 tranches d’âge… Saurez-vous faire ce calcul ? 🙂

Environ 280 illustrations et ça c’est sans compter les tests ! Quelques seaux de sueur ont coulé des fronts d’Amir et Charlie. Mais le résultat est bien là !

La gamification, l’identification et le médical

4 éléments essentiels dans l’ADN visuel de MFM-Play.

Un héros attachant

On doit créer un personnage qui plaise aux patients certes, mais qui soit aussi capable de réaliser les gestes de la MFM comme attraper des objets, se tenir debout…

On a fait pas mal de recherches graphiques et finalement on a pu s’accorder sur un aventurier de l’espace : Nino, un super héros de l’espace qui voyage de planète en planète. Mais que serait un héros sans son fidèle side-kick ? Comme Tic et Tac, Cortex et Minus, Nino a besoin d’Echo son petit robot !  

Nini et Echos, les deux personnage qui aident à la gamification de la MFM
Nino et Echos, les deux héros de MFM-Play !

On a ensuite bossé des versions de Nino, avec un rendu graphique différent, un Nino qui évolue lentement en fonction de l’âge du joueur.

La séance MFM devient un voyage

Dans MFM play, on voulait un univers attrayant, aux multiples facettes, que le patient découvre à chaque histoire.

Cet univers, il est donc fait de glace, de sable, de dinosaures ou encore de courses spatiales parce que ça fait du bien de faire travailler notre âme d’enfant et avouez, on est tous fan de l’espace !

La puissance de la narration par l’image

Parfois, pas besoin de texte pour raconter une histoire.

Dans la suite d’images ci-dessus, on peut comprendre « Nino rencontre un baleineau emprisonné, il le délivre avec son rayon laser et lui permet de retrouver sa maman » ce qui permet de faire vivre l’histoire avec ou sans texte, puisque l’image se suffit à elle-même.

Evaluer et gamifier une échelle de cotation médicale

A la fin de chaque histoire, le patient est invité à réaliser un mouvement issu de la MFM. Il faut donc l’accompagner au mieux.

Comment représenter le « bon » mouvement ? Le patient doit-il le reproduire à l’identique ? Comment équilibrer gamification et santé ?

Au départ nous avions pensé à de petites animations didactiques pour chaque item mais nous avons finalement opté pour des visuels de passation fixes (type kata art) qui laissent plus de marge de manœuvre au praticien.

Et tout ce travail c’est Capucine qui s’en est occupé ! Big up !

Et maintenant ?

MFM-Play a été sélectionnée comme finaliste de la catégorie « co développement au bénéfice des patients » des trophées de l’innovation de Santexpo (le plus grand rendez-vous européen des acteurs de santé).

Et dans un côté plus pratique, dans quelques semaines, on aura une version Beta de l’application !

On vous tient au courant, tenez-vous prêts !